murena1

J'ai découvert ce week-end cette BD historique déjà connue et reconnue. Découverte culturelle sponsorisée par Maurice (le parrain de mon petit frère -merci Maurice ! Le cadeau profite à plusieurs lecteurs^^)

Le récit se fonde sur les faits historiques, bien que prenant des libertés avec ceux-ci (au niveau des dates, mais pas seulement.) Néanmoins, l'ouvrage est très documenté, et en plus d'être une lecture agréable, il peut être un moyen de se cultiver sur la Rome antique.

Quand s'ouvre ce premier chapitre, nous sommes donc au 1er siècle après J-C. L'empereur Claude est l'amant de la terrible Agrippine (personnage qui semble incarner la Cruauté à l'état brut...) Elle cherche par tous les moyens à faire en sorte que Néron, son fils, fils adoptif de Claude, accède un jour au pouvoir.

L'intrigue "politique", se mêle aux relations amoureuses et liaisons. On voit également "grandir" et évoluer des personnages, qu'il s'agisse de Néron ou de Britannicus -le fils naturel de Claude.

 

murena 1-planche

 

Murena03p_2213

Un récit bien mené, avec un rythme soutenu, des dessins très réussis (assez classiques, ce qui correspond bien à ce type d'histoire)... autant d'ingrédients qui font de cette lecture un moment bien agréable.

Quelques réflexions dans la bouche des personnages (souvent, les plus sages ou vertueux) ont parfois un caractère assez actuel, intemporel. C'est le cas par exemple quand Domitia, la tante de Néron, un véritable substitut maternel (tant Agrippine, sa vraie mère, lui a peu donné de ce qu'on peut appeler l'affection maternelle) analyse les agissements d'Agrippine et leur incidence sur le destin de Néron :

"Sans père, sans fortune, abandonné de tous, rien ne te destinait à affronter la cour. Tu serais devenu un garçon comme les autres s'il n'y avait l'ambition de ta mère. Elle aime le pouvoir. C'est très vaste à étreindre, le pouvoir. Il ne reste guère de place pour le reste..."

Ce que j'aime aussi dans cette BD, c'est qu'elle donne l'occasion de croiser au détour des pages quelques philosophes :)

C'est le cas notamment dans le chapitre 2, De sable et de sang, lorsque Sénèque, précepteur de Néron, donne à celui-ci, amoureux pour la première fois, des conseils qui sont en fait une définition de l'ataraxie:

"Parole de sage. Avoir beaucoup ou suffisamment, tout est là... Celui qui a beaucoup en veut toujours plus.
(...) Celui qui en a suffisamment a obtenu ce qu'il n'est jamais donné aux riches de connaître... la fin de son désir!" (Les mots sont tirés d'une lettre de Sénèque à Lucilius, comme nous l'apprennent les notes.)

En résumé, je n'ai lu que les 3 premiers tomes de cette longue série, mais j'ai adhéré! L'histoire est prenante, les dessins plaisants, et l'on a hâte de connaître la suite. :)

A conseiller en particulier aux amateurs de BD historiques, bien sûr, mais aussi à ceux qui s'intéressent à cette période de l'antiquité, plus largement.

Vous pouvez  aussi aller lire  les billets de la blogueuse Bouquinbourg : clic 

de Perséphone and the Cheshire cat : clic

et de passeure de livres : clic